HAIDONG GUMDO®

 

 해동검도

L'art martial du sabre coréen traditionnel. Il a été élaboré à partir des techniques guerrières de l’antique royaume Gogureo experts en maniement du sabre de combat, et propose de nombreux enchaînements codifiés, des techniques respiratoires de concentration et de méditation, des exercices de coupe sur de nombreux supports (coupe de papier, de bambou, extinction de bougie,…) et de nombreux éducatifs de combat avec un ou plusieurs partenaires. Il peut être pratiqué par toutes et tous, à partir de 7 ans.

 

 

 

Historique du Haidong Gumdo :

 

C'est dans l'ancienne contrée Coréenne appelée « Gogureo » que le Haidong Gumdo a vu le jour. Les premières illustrations présentant la pratique du Haidong Gumdo remontent à une période antérieure au Moyen Âge européen.

La contrée du « Gogureo » était très connue pour ses duels de sabre, et également ses luttes intestines, poussant les divers pratiquants à affiner leur technique de survie.

Selon la légende, un maître du nom de Séolbong donna le nom de Haidong Gumdo à l'art développé dans les montagnes de Changbai durant la dynastie du Gogureo.
A l'instar de nombreux arts martiaux asiatiques, le Haidong Gumdo construit ses techniques sur la base des animaux généralement mythologiques tels :

-le Phénix renaissant de ses cendres,
-le Dragon pour sa puissance et ses nombreuses qualités
-le Tigre pour son agilité et son comportement combatif.

Tout au long de l'existence du Gogureo, des envahisseurs étrangers sont venus l’attaquer sans répit, mais ils ont subi chaque fois des défaites cuisantes devant sa puissante résistance.
L’héroïque résistance des Gogureotes pour repousser les grandes offensives tenaces des Sui et des Tang pendant des dizaines d’années au VIIe siècle est un événement notable dans l’histoire guerrière du Moyen Âge.

En 612, l’armée et le peuple du Gogureo, sous le commandement du général Ulji Mundok, ont écrasé avec brio 3 millions d’hommes des troupes d’agression des Sui ; plus tard, sous la direction du célèbre général Yongae Somun, ils ont déjoué la pression et les actes d’agression de Tang. Le grand patriotisme de son peuple et son esprit d’assistance à l’armée étaient à la base de la puissance du Gogureo.

La culture développée du Gogureo a exercé une grande influence non seulement sur le Paekje et le Silla et les autres pays voisins de même origine, mais aussi sur le Japon. La fresque du tombeau Takamatszuga de la préfecture de Nara, la plus célèbre fresque tombale au Japon, et la peinture murale dorée du temple Hougu faite en bois, la plus ancienne au monde, ont toutes été créées par des Gogureotes.

Le Gogureo était une grande puissance de l’Orient au Moyen Âge, de par la taille de son territoire, de l’importance de ses forces militaires, du développement de sa culture et de la durée de son existence.
A l'instar de tous les autres arts martiaux, la tradition de l'enseignement du Haidong Gumdo s'est faite depuis le moyen âge essentiellement de manière orale, de contrée en contrée, appuyée toutefois de planches récapitulatives des techniques fondamentales transmises de maître en maître.

Ces planches ont été transmises en 1961 au Président de la World Fédération of Haidong Gumdo, le Grand Maître Kim Jeong Ho, rendant ce dernier seul dépositaire officiel et reconnu des techniques ancestrales du Haidong Gumdo.

Ainsi, c'est avec l'aide de son propre Maître que le Grand Maître Kim Jeong Ho synthétisa l'ensemble des techniques qu'il avait lui-même apprises, pour créer en finalité le Haidong Gumdo actuel.

Le Haidong Gumdo n'est définitivement pas un art martial nouveau, car chaque technique correspond à des stratégies particulières de combat qui ont fait leurs preuves sur les champs de bataille, mettant à l'épreuve l'ensemble des techniques de sabre(s) implémentées des techniques pieds poings, projections, immobilisations etc...

Le Haidong Gumdo aujourd’hui en France :

 

Le Haidong Gumdo s’est implanté en France en 1997 par le dépôt légal du titre français et dispose de l'agrément ministériel (FFST).

 

Pour sa part, l’Association Française de Haidong Gumdo est une instance de type Association Loi 1901 et qui apparaît comme l’interlocuteur privilégié du Ministère ou Secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports.

 

Plusieurs Comités ou Commissions ont été créés afin de guider les pratiquants dans l’évolution de leur cursus, notamment :

 

- Comité des grades
- Commission des pratiquantes pour la représentation féminine
- Commission des distinctions
- École Nationale des cadres

- Commission Handicap
- Commission Enfant 

 

L’Association Française de Haidong Gumdo a reçu dernièrement les vifs encouragements de Son Excellence l’Ambassadeur de Corée en France ainsi que de son Ministre, dans le cadre du développement du HDGD en France et en Europe, et bien sûr du renforcement des relations France-Corée.

 

L’Association Française de Haidong Gumdo représentée par son Responsable Technique Jean-François Capozzi, également Secrétaire Général de l'Association Européenne de Haidong Gumdo (désigné par les officiels Coréens), s’est vue décerner à plusieurs reprises les honneurs de la World Fédération of Haidong Gumdo tant pour sa qualité technique que pour les travaux réalisés.

 

L’Association Française de Haidong Gumdo développe de nombreux stages d’initiation sur tout le territoire et le nombre de licenciés connaît une très forte croissance malgré la jeunesse de l’implantation de la discipline sur notre hexagone.

 

De même, l’École Nationale des Cadres favorise les échanges avec la Corée afin de faire bénéficier aux instructeurs français d’éléments supplémentaires sur le contenu même de la pratique interprété par les représentants Coréens.

 

L'Association Française de Haidong Gumdo est la seule structure officielle en France reconnue par la World Haidong Gumdo Federation

 

                              Grand Maître Kim Jeong Ho Président de la World Haidong Gumdo Federation